Le Rosnéen Ferrovipathe

Forum du musée Rosny-Rail - Site internet : www.rosny-rail.fr
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un petit aperçu du musée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jules
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 34
Localisation : Rosny-sous-Bois
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Un petit aperçu du musée   Ven 9 Juin - 20:44

Le site internet de Rosny-Rail étant actuellement en construction, nous vous proposons ici une petite présentation de notre musée.

Introduction

Rosny-Rail, musée régional du Chemin de Fer de Rosny-sous-Bois a été inauguré en juillet 1997. Logé en gare de Rosny-sous-Bois (93), et disposant d'une surface de 300m², il vous fait découvrir l’histoire du Chemin de Fer.

Le musée s’articule autour de thèmes différents (voie et signalisation, matériel roulant, objets anciens...). Une douzaine d'espaces ont été aménagés selon un découpage thématique et chronologique des grandes fonctions ferroviaires de la fin du XIXème siècle à l'ère du TGV.

En plus de la simple visite, vous pourrez vous essayer à la conduite d'un train sur un réseau miniature grâce à une véritable cabine de conduite reconstituée. Enfin, vous aurez la possiblité d'éffectuer une petite balade à bord d'une draisine à moteur ou à bras.

Une petite gare d'autrefois...

Lorsque vous franchissez la porte du musée, vous vous retrouvez dans le hall d’une gare rurale des années 1930 avec son guichet en bois et sa bagagerie.


La salle d’attente possède tout naturellement un poêle à charbon qui trône en son centre. On y trouve également une balance pour les colis, des malles et des valises prêtes à être expédiées ainsi que de superbes affiches qui invitent au voyage.

La Voie

Après la bagagerie, c’est la voie qui est évoquée à l’aide de coupons de rail récupérés dans notre gare à la suite de travaux d’entretien. Sont présentés également de nombreux outils de cantonnier datant pour la plupart du début du siècle.



Il existe deux types de rails en France :

Le rail à Double Champignons : d’origine anglaise, sa forme permettait de l’utiliser deux fois. Lorsqu’un côté était usé, il suffisait de le retourner pour une deuxième utilisation. Peu stable, on ne le retrouve aujourd’hui que sur quelques lignes secondaires, mais il tend à disparaître.



Le rail Vignoles ou rail à patin : inventé par l'anglais Charles Vignoles. De par sa forme, il est beaucoup plus stable que le rail double champignons. C’est actuellement le plus utilisé dans le monde. La SNCF emploi en général des rails de 60 Kg par mètre, excepté pour les lignes TGV (80 Kg/m). On peut cependant trouver des rails plus légers (46 ou 50 Kg/m) sur les voies de service.



La signalisation

Pour pouvoir être exploitées en toute sécurité, de tout temps les lignes ferroviaires ont été équipées de signalisation tout comme le sont les routes.

Le musée possède une grande collection de signaux, la plupart de type mécanique. Des panneaux explicatifs présentent le rôle de chacun d'entre eux. Néanmoins, les plus imposants et insolites sont exposés à l’extérieur du musée comme ce carré à damier (au centre) ou bien ce petit carré violet (ci-dessous) tous deux opérationnels.




Le carré à damier dit "Carré" : le nom de carré vient de sa forme, car ce signal se présente sous la forme d'une cocarde rouge et blanche.

Ce signal commande l'arrêt du train. Il sert à protéger des aiguillages (croisements), mais peut aussi servir à protéger certaines zones particulières. De nos jours, le Carré mécanique est remplacé par un signal lumineux présentant deux feux rouges en position fermée et un feu vert en position ouverte.

Le Carré Violet : le carré violet est similaire au carré rouge, mais ne se rencontre que sur les voies de manoeuvre ou de garage, ou en protection à l'origine des itinéraires de refoulement.

Le nom de carré violet vient de la signalisation mécanique car ce signal se présentait alors sous la forme d'une plaque carré violette. De nos jours, ces signaux se présentent sous la forme de signaux lumineux : un feux violet impose l'arrêt, un feu blanc autorise le conducteur à circuler en marche à vue sans dépasser 30Km/h.

Le Poste d'Aiguillage

Lors de votre visite vous allez avoir le privilège de pénétrer peut être pour la première fois dans un poste d'aiguillage. Celui-ci est le poste Vignier en provenance de la région de Moulins-sur-Allier et qui fut construit par la compagnie PLM. Il a été entièrement démonté puis remonté sur place au musée d’où son ambiance parfaitement authentique avec son parquet qui grince, sans oublier le chiffon réglementaire pour manœuvrer les leviers !


Pour établir un itinéraire, le préposé manœuvrait les leviers en les tirant vers lui ou en les poussant. Les aiguilles ou les signaux étaient alors mis en position à l’aide de câbles métalliques et de contre-poids.

La traction à vapeur

Comment raconter l'histoire du chemin de fer sans évoquer la traction à vapeur ? Pour cela, le musée dispose d'une salle spécialement dédiée à la vapeur.



Dans cet espace vous pourrez observer de nombreux objets témoins de cette époque : lanternes, burettes d’huile, compteur de vitesse...

Le réseau miniature et la cabine de conduite

Le musée vous propose de vous initier à la conduite des trains sur un réseau ferroviaire miniature, et cela à partir d’une véritable cabine de conduite reconstituée.



Le temps d’un instant, on s’imagine dans la peau d’un conducteur. En sortant, on a un peu l’impression de pouvoir conduire le RER qui passe à queques mètres de là !

Le Matériel Roulant

Pour terminer notre brève visite de Rosny-Rail, nous allons maintenant vous présenter le matériel roulant conservé à l'extérieur.

Le musée dispose de trois engins qu'il s'efforce de préserver :

    > Un locotrateur électrique
    > Un prototype de draisine à moteur
    > Une draisine à bras

Le locotracteur : construit en 1930 par la compagnie AEG, il a été utilisé jusqu’en 1990 pour la manœuvre de wagons de fret dans des entrepôts industriels de La Plaine Saint-Denis.

La vraie particularité de cet engin vient du fait qu’il fonctionnait avec des moteurs électriques alors que la plupart des locotracteurs fonctionnent avec des moteurs diesel.

La forme particulière de ses capots n’est pas sans rappeler celle des locomotives « Boites à sel » mises en service par le Paris-Orléans vers 1900.



Sous chaque capot, se trouvaient les batteries permettant d’alimenter les moteurs de traction.

Cet engin a été récupéré par notre association en 1997 et est actuellement en cour de restauration. Il en existe un autre du même type ayant été sauvegardé par le Chemin de Fer touristique de la Vallée de l’Eure (CFVE).

La Draisine à moteur : est issue de l’assemblage d’un châssis d'une draisine de 1950 avec une caisse (cabine) d'une draisine de 1965.

Le pupitre de conduite est positionné au centre de la cabine de façon à ce que le conducteur puisse voir dans les deux sens de marche.

Ces draisines étaient utilisées pour transporter les cantonniers de voie avec leur matériel. Celle-ci a effectué sa carrière sur la région de Paris Est, elle était affectée au dépôt de Noisy-Le-Sec jusqu’aux années 90. Elle fut retirée du service actif en raison de sa vitesse limitée à 60Km/h et de l'étroitesse de sa plateforme arrière.



Notre association l’a récupérée en 1997 alors qu’elle était destinée à être exposée comme monument dans la cour de son dépôt d’attache.

La draisine à bras surnommée "Lorry": a été importée par les armées Américaines et Britanniques lors de la «Grande Guerre» (1914-1918), afin de transporter les officiers sur les lignes proches du front.

Ces engins ont été par la suite utilisés pour l’inspection des voies et le transport des équipes de cantonniers avec leur petit matériel. Ils furent retirés du service avec l’arrivée des Draisines à moteur dans les années 1930.



Le châssis de cette Draisine a été miraculeusement retrouvé en gare de Questembert dans le Morbihan. Rapatrié à Noisy-Le-Sec, les membres du Club Ferroviaire Noiséen ont entrepris la reconstruction du châssis en bois et du système de propulsion avec l’aide très précieuse du service mécanique du triage de Noisy. Après quinze jours de travail, notre engin était prêt pour sa première expédition de 30 Km en Côte d’Or, de Recey-sur-Ource à Chatillon-sur-Seine.

Notre engin a effectué plusieurs sorties avec l’autorisation des services compétents de la SNCF sur des lignes fermées à tout trafic, notamment sur la Petite Ceinture de Paris.

Le 24 août 1997, nottre lorry a battu le record du monde de vitesse sur rail dans la catégorie «Engin Utilitaire à propulsion musculaire» avec 26,733 Km/h de moyenne sur 200 mètres lors d’une épreuve organisée à Laupen en Suisse.

Il est difficile de présenter ici l'ensemble des pièces exposées dans notre musée. Ainsi, n'hésitez pas à venir nous rendre visite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosny-rail.fr
 
Un petit aperçu du musée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit et GRAND St Bernard
» Un petit aperçu de calme et de volupté en pays d'Anjou
» Martin, petit aperçu
» 135 bourrins, ça le fait! Petit aperçu vidéo!
» Petit Aperçu rapide de la gamme F-ONE 2014!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Rosnéen Ferrovipathe :: Forums publics :: Présentation du musée-
Sauter vers: